CHEZ CAPPUCCINE : des mots pour grandir

Le bonheur est plus léger qu'une plume. Personne ne sait le prendre. (Tchouang-tseu)

26 janvier 2008

Aimer..

Vous voudriez qu'on vous aime, vous êtes malheureux parce que vous trouvez qu'on ne vous aime pas, ou pas assez ! Mais comprenez que par cette attitude, vous allez être encore plus malheureux. Comment voulez-vous qu'on aime quelqu'un qui se promène partout avec une mine allongée et qui regarde les autres avec des airs de reproche comme s'ils étaient coupables de son malheur ?
Admettons que ce soit vrai : on ne vous aime pas. D'accord, c'est un très grand malheur de ne pas être aimé. Mais le plus grand malheur, c'set de ne pas pouvoir soi-même aimer. Celui qui n'aime pas signe son arrêt de mort. Or, vous, qu'est-ce qui vous empêche d'aimer ? Vous êtes libre. Vous ne pouvez pas obliger les autres à vous aimer, cela dépend d'eux, non de vous. Mais aimer ne dépend que de vous.
Efforcez-vous de faire le premier geste vers les autres. N'attendez-pas que ce soit toujours eux qui commencent, parce que vous estimez mériter leur amour.
Aimez et vous serez heureux. Et quand ils sentiront en vous ce bonheur d'aimer, ce bonheur qui se manifeste par une lumière, une chaleur, vous verrez, les autres aussi commenceront à vous aimer.

Omraam Mickhaël Aïvanhov

111

Posté par cappuccine à 15:20 - Pensées d'Omraam Mikhaël Aïvanhov - Permalien [#]- Tags :