CHEZ CAPPUCCINE : des mots pour grandir

Le bonheur est plus léger qu'une plume. Personne ne sait le prendre. (Tchouang-tseu)

21 février 2008

L'amour ne disparaît jamais....

Pour mon père disparu le 21 février 2008 "L'amour ne disparaît jamais...la mort n'est rien.  Je suis seulement passé dans la pièce d'à côté.  Je suis moi et vous êtes vous.  Ce que nous étions les uns pour les autres, nous le sommes toujours.  Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné.  Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.  Ne changez rien au ton,  Ne prenez pas un air solennel ou triste.  Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.  Priez, souriez,... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 16:11 - - Permalien [#]
Tags : ,

19 février 2008

Fragile

La vie est fragile, à l'image de la rosée délicatement suspendue aux herbes,en gouttes de cristal qu'emporte la première brise du matin. Dilgo Khyentsé Rinpotché
Posté par cappuccine à 13:16 - - Permalien [#]
Tags : ,
08 février 2008

Collonges la Rouge

Posté par cappuccine à 18:40 - - Permalien [#]
03 février 2008

Un p'tit café ?

CaffeLatte Magnifique !!A essayer entre amis peut être..Merci Philippe..!
Posté par cappuccine à 13:20 - - Permalien [#]
02 février 2008

Ah l'informatique...

Ah_L_informatique_
Posté par cappuccine à 13:26 - - Permalien [#]
30 janvier 2008

Le monde..

Ainsi dois-tu considérer ce monde qui fuit : une étoile à l'aube, une bulle sur un ruisseau, la lueur d'un éclairdans un nuage d'été, une lampe qui vacille, un fantôme, un rêve. Prajñâpâramitâ sûtra   
Posté par cappuccine à 23:02 - - Permalien [#]
Tags : ,

30 janvier 2008

Le sourire

Le sourire est une chose sacrée, comme tout ce qui répond par une réponseplus grande que la question. Moi qui suis entêté de solitude, je dis que le plus merveilleux de tout, c’est le sourire. C’est une des plus grandes finesses humaines. Christian Bobin - La lumière du monde
Posté par cappuccine à 11:41 - - Permalien [#]
Tags :
29 janvier 2008

Le cygne

Sans bruit, sous le miroir des lacs profonds et calmes, Le cygne chasse l'onde avec ses larges palmes, Et glisse. Le duvet de ses flancs est pareil A des neiges d'avril qui croulent au soleil ; Mais ferme et d'un blanc mat, vibrant sous le zéphyr, Sa grande aile l'entraîne ainsi qu'un lent navire. Il dresse son beau col au-dessus des roseaux, Le plonge, le promène allongé sur les eaux. Le courbe, gracieux comme un profil d'acanthe, Il cache son bec noir dans sa gorge éclatante. Tantôt le long des pins, séjour d'ombre... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 18:32 - - Permalien [#]
Tags : ,
26 janvier 2008

Aimer..

Vous voudriez qu'on vous aime, vous êtes malheureux parce que vous trouvez qu'on ne vous aime pas, ou pas assez ! Mais comprenez que par cette attitude, vous allez être encore plus malheureux. Comment voulez-vous qu'on aime quelqu'un qui se promène partout avec une mine allongée et qui regarde les autres avec des airs de reproche comme s'ils étaient coupables de son malheur ? Admettons que ce soit vrai : on ne vous aime pas. D'accord, c'est un très grand malheur de ne pas être aimé. Mais le plus grand malheur, c'set de ne pas pouvoir... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 15:20 - - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2008

Lever de soleil

Cette roue sur laquelle nous tournons est pareille à une lanterne magique.Le soleil est la lampe, le monde l'écran.Nous sommes les images qui passent. Omar Khayyâm - (poète persan 1050-1123)
Posté par cappuccine à 21:46 - - Permalien [#]
Tags :