CHEZ CAPPUCCINE : des mots pour grandir

Le bonheur est plus léger qu'une plume. Personne ne sait le prendre. (Tchouang-tseu)

16 décembre 2006

Les étages de l'amour

Re merci Catherine, pour cet envoi. un peu long mais...........çà vaut le coup d'y passer quelques minutes...et puis prendre l'ascenseur vers les étoiles... Ne vous a-t-on jamais dit que l’amour se décline sur plusieurs niveaux? En général, il commence au sous-sol et finit par le toit. Et plus il part de haut, moins il faut le craindre. Mais les amours qui se vivent "en bas" n'en sont pas moins nécessaires. Le chemin de l'homme passe par tous les étages... L'étreinte sexuelle... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 14:50 - - Permalien [#]

22 novembre 2006

Faites l'amour pas la guerre

Avez-vous vu cette information ??après tout hein, çà peut pas faire de mal :o)Tous à vos agendas !!! ;O) mardi 21 novembre 2006, 8h31 Agir pour la paix dans le monde en faisant l'amour le 22 décembre agrandir la photo WASHINGTON (AFP) - Des militants pacifistes semblent vouloir redonner un coup de jeune au slogan soixante-huitard "faites l'amour, pas la guerre" en appelant, via leur site internet, tous ceux qui veulent agir contre la violence dans le monde à faire l'amour le... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 21:15 - - Permalien [#]
27 septembre 2006

Signes

....  elle dit que le monde est une fabuleuse usine à produire des signes dont une infime partie revient  à chacun ; que nous-mêmes,  à chaque instant, sommes des signes pour autrui dont la logique ou la nécessité nous échappent. Nous sommes chacun, les uns pour les autres, les fragments d'un livre gigantesque et infini qu'il incombe à l'espèce humaine de lire en entier pour comprendre le sens de sa destinée. Chaque être humain a sa part de texte, selon son propre niveau de conscience, mais il n'y a pas de salut... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 09:11 - - Permalien [#]
Tags :
12 septembre 2006

Qu'est ce que tu voulais que je lui dise ?

Cette gamine assise en pleurs,que chagrinent de trop grands malheurs,les grandes s'amusent sans elle, exclue de la bande, elle reste toute seule.Une qui commande, des favorites.  Il paraît qu'elle est trop petite.A la marelle, y a des V.I.P., dans les maternelles comme en boîtes de nuit. Mais faut pas pleurer, çà va s'arranger... Qu'est ce que tu voulais que j'lui dise ?Toute la vérité, rien que la vérité ?Est ce que tu voulais que j'lui dise, que çà ne f'ra qu'empirer ? Le plus triste, le plus dommage, elle le sait pas... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 10:00 - - Permalien [#]
08 août 2006

L'homme dans la cité

Pourvu que nous vienne un hommeAux portes de la citéQue l'amour soit son royaumeEt l'espoir son invitéEt qu'il soit pareil aux arbresQue mon père avait plantésFiers et nobles comme soir d'étéEt que les rires d'enfantsQui lui tintent dans la têteL'éclaboussent d'un reflet de fêtePourvu que nous vienne un hommeAux portes de la citéQue son regard soit un psaumeFait de soleils éclatésQu'il ne s'agenouille pasDevant tout l'or d'un seigneurMais parfois pour cueillir une fleurEt qu'il chasse de la mainÀ jamais et pour toujoursLes solutions... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 10:54 - - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2006

Je dors sur mes 2 oreilles

Pour Philippe, et tous ceux qui aiment ... GRAND CORPS MALADE (liens au bas du texte) J'ai constaté que la douleur était une bonne source d'inspirationEt que les zones d'ombre du passé montrent au stylo la directionLa colère et la galère sont des sentiments productifsQui donnent des thèmes puissants, quoiqu'un peu trop répétitifsA croire qu'il est plus facile de livrer nos peines et nos crisEt qu'en un battement de cils un texte triste est écritOn se laisse aller sur le papier et on emploie trop de métaphoresPourtant je... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 16:29 - - Permalien [#]
Tags : ,
14 juillet 2006

Tête en l'air

Voici une chanson qui arrive de la gorge d'un oiseau de Louisiane. Sur la terre des damnés, solitaire,Étranger aux vérités premières énoncées par des cons,Jamais touché le fond de la misèreEt je crie, et je  pleure et je ris au pied d'une fleur des champs,Égaré, insouciant dans l'âme du printemps, coeur battant,Coeur serré par la colère, par l'éphémère beauté de la vie. Sur la terre, face aux dieux, tête en l'air,Amoureux d'une émotion légère comme un soleil radieuxDans le ciel de ma fenêtre ouverteEt je danse, et je... [Lire la suite]
Posté par cappuccine à 00:03 - - Permalien [#]
Tags :